Trois questions à Antoine Kremer - Vignette

8 avril 2018

Magnifique idée,
superbe nouvelle,
perspective enthousiasmante,
solution géniale aux risques sanitaires !

On va remettre des pins portugais en terre landaise !
Comme dans les années soixante,
ces pins maritimes qui sont tombés
aux premiers froids en 1985,
ces pins qui ont laissé de si bons souvenirs.

Allez, cette fois, on va même faire encore mieux :
ce coup-ci on ira jusqu’au Maroc
récupérer des graines,
OUAIS,
SUPER CHOUETTE !

Celui qui a eu cette idée folle est pourtant un scientifique reconnu et adulé.

Comprenne qui pourra.

Trois questions à Antoine Kremer - Vignette

Rappel pour les petits jeunes qui ne connaîtraient pas cette lamentable histoire :

Il y a eu une période vers le milieu du XXe siècle où les forestiers Landais
se sont trouvés à court de graines de pins maritimes pour mener
à bien les reboisements d’après les grands incendies.

Le gouvernement a alors eu l’idée géniale d’organiser un approvisionnement
en semence provenant du Portugal. 
Il s’agissait bien de la même essence,
le pin maritime (Pinus pinaster) : 
seule leur provenance était différente.

Le problème, c’est que ce simple petit détail s’est révélé très important car,
lors du grand gel de 1985, quasiment tous ces pins d’origine ibérique ont
péri à cause du froid intense. Ils avaient entre 20 et 30 ans environ,
et il a donc fallu couper tous ces pins morts puis les remplacer
à partir de graines de provenance landaise cette fois.

C’est donc un épisode douloureux de la forêt landaise
qui a détruit environ 60.000 hectares et
qui reste encore dans les mémoires.

Laisser un commentaire