Conversation n° 3 - Vignette 2

4 avril : ah ben, c’est à peine en ligne quil y’a déjà des réactions (voir plus bas) !

Conversation n° 3 - VignetteNouvelle fiche.

Attention : c’est chaud, ça sort du four.

Quelques réactions :

– « C’est chaud mais c’est bon ! Cordialement, M.L. »

– « Bonjour Jacques, Je suis assez d’accord, concernant le traitement irrégulier, il a beaucoup d’avantage. N’oublions pas ses inconvénients toute fois. Le point sur l’usine performante à 40 ans est exagéré. La période où la production est la plus élevée se situe avant, bien avant. Entre 15 et 30 ans. Avec un pic optimal à 20-25 ans. Je soulève ce point juste pour ne pas noircir trop le tableau du régulier…

Cependant, tu as raison. L’irrégulier, permet une souplesse que le régulier ne peut pas offrir.

A bientôt peut être. Cdt C.S. »

Ma réponse : Bonjour Cyril,

Merci pour ta réaction. Toutefois, tu précises pas quels sont les inconvénients du traitement irrégulier…

D’autre part, je ne suis pas d’accord avec toi sur le pic de production du pin maritime (« Le point sur l’usine performante à 40 ans est exagéré. La période où la production est la plus élevée se situe avant, bien avant. Entre 15 et 30 ans. Avec un pic optimal à 20-25 ans. »). D’où tires-tu tes chiffres ? Si l’on s’en tient aux formules théoriques de Jean-Paul Maugé, ce pic est atteint à l’âge de 37 ans.

Quoi qu’il en soit, il n’y a aucune raison pour couper un arbre sous le simple prétexte qu’il aurait dépassé l’âge de son pic de production car, même après cet âge, il continue à produire du bois, et du bois bien meilleur que celui qu’il a produit au cours des premières années (du bois sans nœud, non juvénile, et la proportion de duramen augmente constamment). Je connais des pins de 100 ans qui s’accroissent encore de 1 m³ tous les 10 ans. Il me semble que tu ne tiens pas compte du fait que le bois qu’on met en marché est le résultat d’une accumulation des productions des années antérieures, et non pas juste la production d’une seule année.

Amicalement, J.H.

– « Bonjour Jacques,

C’est le problème de tous les agriculteurs !!! Doit-on faire des patates cette année parce qu’elles se sont bien vendues l’an dernier ??? Si tout le monde en fait, elles se vendront mal !!!

Je crois qu’il faut : Faire comme d’habitude ! et ceux qui seront encore là dans 30 ans verront bien !!!!

Amicalement A.C. »

Ma réponse : Bonjour Alain,

Merci pour ta réaction, mais je ne suis pas d’accord avec toi.

  • Je prolonge ton idée : « Si tout le monde fait de la trituration, elle se vendra mal !!! ». C’est pourtant ce que tout le monde fait.
  • D’autre part : pour susciter l’intérêt des utilisateurs, il faut qu’existe la ressource (« Quand il y a un gâteau, il y a des gourmands ! »). Si on veut promouvoir des utilisations rémunératrices du pin maritime, il faut d’abord créer une ressource de gros bois de qualité.

Amitiés, J.H.

– « Salut Jacques, Super bien expliqué. Amitiés, S.A. »

– « Bonjour, Ce document est trés intéressant . Je suis d’accord avec vous. Amicalement. C.C. »

– « Excellent ton papier.

Je me demande s’il ne faudrait pas changer de vocabulaire.

Pourquoi appeler « irrégulier » ce qui au contraire produit des coupes et des revenus régulier ??

Pourquoi appeler « régulier » ce qui produit par a-coups ??

Régulier / Irrégulier ? je propose plutot « cyclique / continu » X.B. »

 

Ma réponse : Bonjour Xavier,

Les termes de « régulier » et d' »irrégulier » font partie du vocabulaire technique. Ils décrivent soit la structure du peuplement, soit son traitement, mais n’ont rien à voir avec la périodicité des revenus. Cela dit, sur le fonds, tu as d’une certaine façon raison ! J.H.

– « De la clarté, de la précision, de l’humour! Bravo! F.S.J. »

 –

 – « Bonjour Jacques,

Je prends connaissance de cette conversation n° 3, qui comme d’habitude à la fois percute bien et reste d’une lecture fort agréable, limpide en tout cas. […] C.N. »

– « C’est toujours un plaisir de vous lire!

Comment peut-on encore faire du régulier!!!! Bien sûr pour les gestionnaires de bureau qui ne vont pas sur le terrain c’est plus simple. Merci. Cordialement F.H. »

– « C’est chaud mais c’est bon. Bravo. J.M.G. »

– « Cher Monsieur,

Le gâteau sort du four et il sent bon. Je ne crois pas me tromper en prévoyant que le bilan carbone de la futaie irrégulière est favorable, sous certaines conditions,  vis-à-vis de celui des boisements réguliers. Le calcul de ce bilan fait partie de mes projets. […] P.L. »

 – « Bonjour Jacques,

Merci pour ta fiche bien résumée, notamment la première partie sur la rotation du capital, notion primordiale à mettre sans cesse en avant… Bien cordialement, J.T. »

 – « Excellente fiche Jacques; je ne me souviens pas avoir vu les 2 précédentes; peux-tu  me les adresser? Bien à toi J.-L.B. »

– « Bonjour Jacques, Merci pour ta fiche que je vais lire avec intérêt. Peux-tu me faire parvenir aussi la 1 et 2 n’ayant pas été destinataire ? Bien à toi. S.P. »

 – « je partage une bonne partie de ce point de vue : Le bois énergie est pour moi une alternative à la vente à bas prix des bois de trituration : voila l’objectif. Les courtes rotations sont à regarder avec la plus grande prudence… B.A.»

– « Bonjour, Merci pour cette fiche très intéressante qui permet de mieux expliquer l’intérêt du traitement irrégulier.

Pour moi la seule faille qui me fait douter c’est le risque tempête et le fait de garder le capital sur pied avec des valeurs de sauvetage qui sont ici très faibles. G.M. »

Ma réponse : Salut Gabriel, Pour répondre à tes craintes, je crois qu’il va falloir une nouvelle fiche ! J.H.

– « Merci Jacques,je vois que les pins aussi subissent  l’incontournable et pénible expérience du siècle:l’accélération! Les conversations n° 1 et 2  (mêmes refroidies) sont elles disponibles?

Question:comment convaincre une amie qui a des pins (gérés par X) de se rapprocher de pro silva quand ,comme moi,on n’y connait pas grand chose? D.L. »

Ma réponse : Merci pour votre mot aimable. Je vous joins les précédentes fiches (Conversation forestière, et Conversation n° 2). Notez que l’ensemble de mes fiches est en ligne sur mon blog à l’adresse suivante : http://www.pijouls.com/blog/fiches/.

Concernant votre amie, vous pouvez lui suggérer de se documenter un peu (il y a déjà beaucoup de documentation sur mon blog, mais il y a aussi celui de Pro Silva France et quelques autres), et puis elle pourrait peut-être assister à notre prochaine Assemblée Générale, le samedi 28 septembre, qui aura lieu près d’ici… ! J.H.

 – « Merci de votre excellent article. J.S. »

 –

 – « Jacques,
Dommage, tu n’es pas parti pour produire les « pellets des Pijoulets »,  j’aurais bien vu la pub avec ce slogan dit par un gars du cru…
Toujours un plaisir de te lire,
Cordialement D.P. »

 – « Bonsoir Jacques, Que du bonheur ! Pour la futaie irrégulière, comme tu pars d’une forêt en équilibre, est ce que tu aurais déjà fait un écrit sur le coût de constitution de ce capital ? Par ailleurs, si tu intègres le coût d’une assurance, cela devrait augmenter encore l’écart ?
AmitiésF.L. »

 – « Bonjour Monsieur,

Vraiment bonne votre dernière fiche , à déguster sans modération.  Merci   beaucoup. L.H. »

 

 



Laisser un commentaire